Le Pellerin

Le Pellerin

L’entretien des équipements portuaires

En bord de Loire, l'atelier des Coteaux au Pellerin est à la fois un atelier de production et de maintenance. Avec son équipe de 60 personnes, il peut prendre en charge des chantiers de gros volumes, qu’il s’agisse de réparation navale ou de maintenance d’outillages de manutention.

Une équipe multi-spécialiste

Le site du Pellerin est tout particulièrement adapté aux gros travaux et arrêts techniques de navires, pouvant être accueillis à flots, ou à sec sur un dock flottant.
Bénéficiant d’un bâtiment de 5000 m2 et d’un front d’accostage rénové en 2016, l’atelier des Coteaux assure des chantiers de réparation navale (dragues, bacs de Loire, bateaux de servitude...) et des travaux de maintenance des engins de manutention et des outillages portuaires : grues, pompes, portiques, écluses…
Les compétences de l’équipe sont multiples et transversales : mécanique, usinage, chaudronnerie, électricité, automatisme, logistique de chantier, mise en œuvre du bois... Avec son bureau d’étude intégré, l’atelier des Coteaux propose ses savoir-faire pointus à l’appui des missions des autres équipes portuaires, et il répond également à des marchés proposés par des clients externes. 

Outils de levage : deux  grues à tour, ponton grue de 90 tonnes à 10 mètres.

Dock flottant : capacité 1700 t, longueur 92 m, largeur 16 m

Atelier usinage – mécanique bord, 21 personnes

Atelier chaudronnerie – soudure, 23 personnes 

Atelier menuiserie – charpente, 7 personnes

Atelier électricité, 4 personnes

Une histoire plus que centenaire

Au départ était le canal de la Martinière… Ce canal parallèle à la Loire a été utilisé entre 1892 et la première moitié du 20e siècle. C’est pour stocker le matériel nécessaire au creusement de ce canal qu’un entrepreneur, Monsieur Couvreux, crée les premiers ateliers au Pellerin en 1883. Les travaux arrivant à leur terme, il est décidé 10 ans plus tard d’y entretenir les machineries du canal et les engins de dragage en service. Les Ateliers des Coteaux emploieront jusqu’à une centaine de personnes pendant les années 1950.