Saint-Nazaire, entre géants des mers et des airs

Repères

  • 410 000 tonnes de trafic global à Saint-Nazaire en 2016
  • 140 000 tonnes de céréales exportées
  • 10 000 tonnes de colis lourds
  • 97 000 tonnes de produits sidérurgiques importés

Un poids lourd de la construction navale

Les chantiers navals de Saint-Nazaire, rachetés en 2008 par STX, sont le berceau de véritables géants des mers. L'industriel poursuit sa spécialisation sur les paquebots de croisière et les navires de haute technicité, avec un carnet de commandes rempli jusqu'à 2020. Le site fait travailler en direct plus de 2 000 salariés et de nombreux sous-traitants. Parmi les autres acteurs de la navale présents autour des bassins : OCEA pour les navires militaires ou Man Diesel & Turbo pour les moteurs diesel de taille XXL.

Un avenir durable pour la réparation navale…

Avec trois formes de radoub et la forme-écluse Louis Joubert, Saint-Nazaire est un pôle majeur de la réparation navale. Plusieurs industriels profitent de ces infrastructures : Eiffel Industrie Marine (maintenance), Mécasoud (chaudronnerie), EMCC (travaux maritimes), Néopolia… Les formes de radoub offrent un vrai potentiel pour accueillir de nouvelles activités comme le "refit" de yacht, mais surtout les énergies marines renouvelables (EMR).

… et la logistique des énergies marines renouvelables

En matière d'EMR, l'usine Anemos, diversification de STX pour la production de fondations ou sous-stations électriques pour l'éolien offshore, est opérationnelle depuis l'été 2015. De plus, le Grand Port Maritime a aménagé à Saint-Nazaire un hub logistique de 12 hectares dédié à la réception, le stockage et le pré-assemblage d'éléments éoliennes, pour servir la construction des parcs éoliens en mer au large de Saint-Nazaire et des îles vendéennes.

Porte des produits agroalimentaires

Aliments du bétail, graines oléagineuses, céréales, huile végétale… les installations nazairiennes traitent de nombreux trafics agroalimentaires. On y retrouve notamment une base industrielle de fabrication de tourteaux, avec l’usine de trituration de tournesol de Cargill et les deux silos à grains de IDEA Groupe.

Colis lourds et bobines d’acier

Implanté au bord du bassin de Penhoët, ArcelorMittal Distribution Solutions importe de l’acier pour l’usine de Basse-Indre. Sa ligne de déroulage de bobines traite 150 000 tonnes d’acier par an. Non loin, se trouve un autre engin de taille : la grue bigue (400 tonnes). Elle est utilisée pour la manutention des colis lourds : moteurs de Man Diesel, cheminées de paquebots de STX, grosses pièces de chaudronnerie de Tissot ou encore éléments d'Airbus…


L'aéronautique donne des ailes à Saint-Nazaire

Outre les paquebots, d'autres géants sont conçus à Saint-Nazaire… géants des airs cette fois-ci. Issu de la reprise d'une partie de l’activité d’Airbus, un poids lourd de la conception/fabrication de sous-ensembles de fuselage d'avions est implanté localement : Stelia Aerospace (fusion Aérolia/Sogerma). Avec l'usine Airbus de Montoir de Bretagne (assemblage des parties avant et centrales des avions), c'est un maillon fort de la chaîne industrielle internationale Airbus qui se développe en embouchure de l'estuaire de la Loire.