La démarche d'écologie industrielle

Nantes Saint-Nazaire Port et la Carène Agglomération ont initié, en 2014, une démarche commune d'écologie industrielle sur les zones portuaire de Saint-Nazaire, Montoir-de-Bretagne et Donges. Cet engagement a permis de lancer de nombreuses réflexions autour de sujets tels que le captage de CO2, réseau de chaleur, étude sur les SmartGrid, potentiel hydrogène, photovoltaïque...

Lancement de l'étude "SmartGrid"

Pour rappel, un "SmartGrid" (Réseau Electrique Intelligent) apporte plusieurs avantages à un territoire en pilotant les consommations et les productions d’énergie : stockage de l'énergie, développement des énergies renouvelables (EnR), prix de l'électricité stable en favorisant l'autoconsommation… Un groupe technique a été mis en place par Nantes Saint-Nazaire Port avec la CARENE, Enedis (réseau de distribution), RTE (réseau de transport) et le Sydela (Syndicat d'énergie de Loire-Atlantique) afin d'atteindre des résultats partagés, vérifiés et exploitables.

Cette étude sera également complétée d'un "cadastre solaire" piloté par le Sydela. Il s'agit d'une cartographie de la zone industrialo-portuaire (ZIP)qui permet d'identifier les gisements potentiels en installation photovoltaïque. Ces derniers sont obtenus à partir de quatre facteurs : le rayonnement solaire, la surface de toiture, sa pente et son orientation. Cette technologie permet de quantifier l'intégralité de la puissance disponible sur un territoire et d'orienter rapidement les réflexions sur les toitures et les espaces/zones les plus propices à ce type d'installation.

La culture de micro-algues

A la suite de l'appel à Résolutions "Croissance bleue" piloté par la Région des Pays de la Loire, une étude a été réalisée pour évaluer les possibilités de réutilisation des effluents liquides et gazeux des industriels de la ZIP. Grâce à la culture de micro-algues, il est possible de récupérer : une partie du CO2 émis sur la zone portuaire, des nutriments présents dans les effluents liquides et de la chaleur fatale. Les rejets non valorisés de l'un deviennent les intrants pour un nouveau produit. L'étude a déterminé qu'il existait un réel potentiel sur la zone. Une unité pilote pourrait être installée sur le site de Yara qui dispose des effluents et du foncier disponible. L'étape suivante consiste à réaliser une étude complémentaire pour affiner le coût de mise en place du pilote et le potentiel de développement d'une filière industrielle.

Le Gaz Naturel Véhicule (GNV), le Sydela lauréat 

Le GNV est en plein essor au niveau national, des stations voient le jour en France et les constructeurs proposent de plus en plus de modèles équipés de ce nouveau carburant. A la suite d’Appel à Manifestation d'Intérêt (AMI) lancé par Nantes Saint-Nazaire Port, le Sydela, avec le concours de la CARENE et la Ville de Saint-Nazaire, a été lauréat de l'Appel à Projet de l'Ademe "GNV/bio GNV" pour la réalisation d'une station GNV. Cette station, située sur la zone portuaire, au pied du pont de Saint-Nazaire, pourrait distribuer du GNV aux véhicules des entreprises de la zone, aux transporteurs et aux services techniques de la CARENE et de la Ville de Saint-Nazaire.

Une centrale solaire à Montoir de Bretagne

L'entreprise Langa (acquise récemment par Engie Green) a été lauréate en 2017 de l'AMI lancé par Nantes Saint-Nazaire Port sur les parcelles entourant le terminal méthanier, classé Seveso. Cette proximité interdit toutes activités humaines sur ces parcelles dites "gelées". L'installation de panneaux photovoltaïques permettrait donc de valoriser des terrains qui ne sont pas exploitables et d'accroitre la production électrique d'origine renouvelable sur le territoire portuaire. Les panneaux couvriraient une surface de 14,5 ha, soit près de 10 MW correspondant à l'alimentation de 4 900 foyers.