NantesSaint-Nazaire Port : Rapport Annuel RSE 2018

28 En 2018, le trafic de Nantes Saint-Nazaire Port s’élève à 32,5 millions de tonnes (Mt), en progression de 8,8 % par rapport à celui de l’an passé. Cette évolution, davantage marquée à l’export (+14,3 %) qu’à l’import (+6,3 %), témoigne du dynamisme industriel et logistique du grand Ouest. Depuis 2016, le trafic portuaire ligérien a progressé de 27 %. Depuis trois ans, le trafic roulier affiche une progression constante, conséquence des investissements réalisés pour améliorer la performance des installations portuaires et de la montée en puissance des lignes régulières. L’an passé, 107 000 véhicules, 16 000 remorques et 730 tracteurs ont transité par le terminal roulier de Montoir de Bretagne, à destination ou en provenance de la péninsule ibérique, la Méditerranée et l’Europe du Nord. Le trafic roulier bénéficie également de l’augmentation des flux maritimes d’Airbus (+5,1 %). En mai 2018 a été ouverte la ligne transocéanique Milk Run Atlantic qui permet, notamment, le transport de colis aéronautiques entre les sites de Montoir de Bretagne et de Mobile (Alabama), aux États-Unis. Ce dynamisme s’est aussi illustré par des expéditions inédites de tramways, de vedettes de pilotage, d’un satellite, ou encore de moteurs d’avions militaires. Malgré un premier semestre prometteur (+6,7 % en juin), le trafic conteneurisé clôture l’année au même niveau de tonnage que l’an passé (+0,2 %). Ce résultat est en partie lié aux difficultés rencontrées par la filière agroalimentaire des Pays de la Loire. En 2018, 188 000 EVP (Equivalents Vingt Pieds) ont transité par le terminal à marchandises diverses et conteneurs de Montoir de Bretagne. Le trafic céréalier franchit à nouveau la barre du million de tonnes, signe d’un redémarrage progressif des exportations françaises après deux années délicates liées à de mauvaises récoltes. Durant cette période, les parts de marché des céréales françaises ont été captées par les pays producteurs bordant la Mer Noire, dont la Russie et l’Ukraine. Après plusieurs années de fluctuations, les importations de vracs solides destinés à l’alimentation animale se stabilisent à 1,9 Mt. Les vracs destinés à la construction et à l’industrie affichent un niveau comparable à celui de 2017. Porté par un marché du BTP favorable, le trafic de sable de mer progresse de 4,6 %, atteignant 1,3 Mt. Les importations de clinker, matière première utilisée pour la fabrication du ciment, se stabilisent à 0,3 Mt. Après une année record en 2017, le trafic de ferraille de recyclage franchit à nouveau la barre des 0,4 Mt. trafic portuaire

RkJQdWJsaXNoZXIy NDM2ODQ5