Nantes Saint-Nazaire Port Le magazine n°97

17 NANTES SAINT-NAZAIRE PORT LE MAGAZINE - N°98 - janvier 2020 Infrastructures portuaires Les grands défis du changement climatique LES BOULEVERSEMENTS CLIMATIQUES LANCENT UN DOUBLE DÉFI AUX PORTS : LUTTER EFFICACEMENT CONTRE LE RÉCHAUFFEMENT, MAIS AUSSI ADAPTER LEURS INFRASTRUCTURES AUX CONSÉ- QUENCES DE CES BOULEVERSEMENTS. En décembre 2019, le comité interministériel de la mer a dévoilé quelques orientations d'une nouvelle stratégie nationale portuaire. Parmi les enjeux majeurs identifiés figure l’accompagnement de la transition écologique, et, entre autres, le renforcement des mesures d’adaptation aux changements climatiques. “Les scénarios les plus pessimistes des derniers rapports du Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) font état d’une élévation de la température de 7°c d’ici à 2100, explique Lucie Trulla du service transition énergétique et écologie estuarienne à Nantes Saint-Nazaire Port. Et même si le monde parvient à se maintenir dans les clous de l’Accord de Paris, entre 1,5°C et 2°C, les bouleversements seront majeurs.” La stratégie nationale devrait prévoir l’élaboration d’un plan climat dans chaque établissement portuaire avec un objectif de neutralité carbone. “L’Ademe a édité une plaquette pour sensibiliser les acteurs à quelques-unes des conséquences prévisibles, poursuit Lucie Trulla. La montée des eaux aurait un impact sur le littoral avec une érosion côtière et un risque accru de submersion. Notre patrimoine foncier, nos infrastructures, nos services et fonctionnalités, voire, nos futurs marchés pourraient en être affectés. La baisse du débit de la Loire et la hausse de sa température (jusqu’à 1,4 °c) dans l’estuaire pourraient, elles aussi, s’avèrer problématiques. Elles pourraient entraîner une remontée du bouchon vaseux et une sédimentation plus importante, générant des changements sur la navigabilité et sur l'entretien du chenal (lire ci-contre) .” Plus largement, les préoccupations environne- mentales, comme celles liées à l’avenir de la centrale de Cordemais par exemple, invitent à intégrer ces réflexions. Ce contexte sera pris en compte dans le futur projet stratégique de Nantes Saint-Nazaire Port ■ EROSION CÔTIÈRE ET HAUSSE DE LA TEMPÉRATURE Un rapport de l’Ademe compile plusieurs études sur l’avenir de la Loire face aux changements climatique. Il prévoit que la température du fleuve pourrait augmenter de 0,5 °c à 1,4 °c d’ici à 2030. Selon la DREAL des Pays de la Loire, les épisodes d’étiages sévères vont s’accentuer dans les années à venir. L’érosion côtière, elle, concerne 27,4 % du littoral atlantique. Près de 60 000 bâtiments et plus de 3 000 km d’infrastructures de transport sont situés sous les niveaux marins de référence et sont concernés par les risques de submersion marine en Pays de la Loire. Le pont de Saint-Nazaire.

RkJQdWJsaXNoZXIy NDM2ODQ5