NantesSaint-Nazaire Port Le magazine n°93

6 NANTES SAINT-NAZAIRE PORT LE MAGAZINE - N°92 - janvier 2018 8 ANTES SAI T-N ZAIRE PORT LE M GAZINE - N°93 - mai L’ENTREPRISE NATÉOSANTÉ, BASÉE À SAINT-HILAIRE-DE-CHALÉONS (44), CONNAÎTUNSUCCÈSCROISSANTGRÂCE À SES PURIFICATEURS D’AIR POUR LES PARTICULIERS ET LES PROFESSIONNELS. ELLEJOUE LACARTE DE LAPRODUCTION HAUT-DE-GAMME LOCALE POURSÉDUIRE DES MARCHÉS DANS LE MONDE ENTIER. Asthme, allergies… les maladies respiratoires explosent. La qualité de l’air, intérieur comme extérieur, en est souvent mise en cause. Consta- tant que les purificateurs d’air étaient encore peu présents en Europe, par rapport à des marchés comme les États-Unis ou la Chine, Thierry Ricci a eu l’idée, il y a une dizaine d’années, de déve- lopper ses propres produits. Aujourd’hui, il est à la tête de l’entreprise Natéosanté, à Saint-Hilaire- de-Chaléons. Au départ, sa démarche était avant tout personnelle. "Quand je vivais à Paris, je me suis aperçu que mes allergies diminuaient dès que je partais en vacances. Je me suis renseigné pour savoir ce qui existait en matière de purificateur d’air. Devant le peu d’offre existant en Europe, j’ai contacté une usine chinoise pour me faire livrer un prototype." Grâce à sa formation d’électronicien, Thierry Ricci adapte le purificateur aux normes européennes et se lance dans la commercialisation. ECO-CONCEPTION ET PRODUCTION LOCALE Rapidement, le succès est au rendez-vous. "Sans aucune publicité, se souvient Thierry Ricci. En 2013, alors que j’étais revenu en région nantaise, des professionnels de la santé ont pris contact avec moi pour adapter nos machines au milieu professionnel. De nombreux métiers sont concernés : les podologues qui utilisent du néoprène pour les semelles, les coiffeurs qui manipulent du peroxyde d’hydrogène ou encore les employés des chambres mortuaires qui inhalent du formol…" Face à cette demande, Natéosanté met au point un nouveau produit ainsi que des filtres adaptés aux différentes situations. "Dès le départ, j’ai privilégié l’éco- conception et la production locale, poursuit Thierry Ricci. Nous avons travaillé un an avec l’entreprise coopérative nantaise Evea sur le projet. Au final, notre machine est fabriquée à 70 % dans les Pays de Natéosanté La chasse aux polluants intérieurs LE GRAND OUEST EN MOUVEMENT F I L I È R E la Loire. La plasturgie, elle, est réalisée à Rennes. Le produit final est assemblé dans l’usine Tronico en Vendée." Là encore, le succès est au rendez- vous. La part des machines professionnelles dans le résultat de Natéosanté est déjà de 50 % et devrait atteindre les 80 % d’ici à l’été. Et le "made in France" séduit puisqu’une grande partie de la production part à l’étranger, via Nantes Saint- Nazaire Port et la société de transports maritime Océans basée à Pornic ■ www.nateosante.fr Thierry Ricci © Natéosanté © Natéosanté Située en Loire-Atlantique, la société Natéosanté privilégie l'éco-conception et la production locale.

RkJQdWJsaXNoZXIy NDM2ODQ5