Montoir-de-Bretagne, une plate-forme logistique et industrielle à l'Ouest de l'Europe

Repères

  • Plus de 15 millions de tonnes de marchandises ont transité par ce site en 2018
  • 187 000 conteneurs
  • 126 000 remorques et véhicules
  • 7,2 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié

Une plate-forme logistique attractive

Avec ses 46 hectares de réserves foncières et ses connexions avec tous les modes de transport (mer, fleuve, route, fer et air), la plate-forme de Montoir de Bretagne a déjà séduit de nombreuses entreprises. Elle abrite ainsi une forte concentration d’acteurs en lien avec les activités industrielles et portuaires, exploitant les potentiels des diverses familles de trafics : conteneurisé, conventionnel, roulier…

Dans la ronde mondiale des conteneurs

Les trois principaux armements mondiaux du transport maritime par conteneurs – Maersk (via BG Freight), MSC et CMA CGM – escalent à Montoir de Bretagne, qui est ainsi connecté à plus de 400 ports du monde entier. Le trafic conteneurisé y est fort de deux lignes directes à l'export (Antilles et Afrique de l'Ouest) et d'un lien vers les grands ports européens de transbordement, au nord (Rotterdam, Anvers, Le Havre), et au sud où les « hubs » méditerranéens (Sines, Tanger Med, Algésiras…) sont en phase de croissance rapide.

Un avenir durable pour le trafic roulier

Le trafic roulier (chargement et déchargement des navires assurés par roulage) est un atout fort du terminal de Montoir de Bretagne. Automobiles, remorques, camions et ensembles industriels… les piliers de ce trafic sont la production automobile (groupes PSA et Renault Nissan) et l'aéronautique (Airbus). De plus, avec l'autoroute de la mer reliant Montoir à Vigo, le lien avec la péninsule Ibérique se révèle prometteur. Cette ligne historique du port de Nantes Saint-Nazaire est montée en puissance en janvier 2015, passant de deux à trois escales par semaine. En 2017, ce service a été entendu aux ports marocains de Tanger et Casablanca, ainsi qu'au port de Zeebruges, en Belgique. 

L’énergie en multiples moteurs

Exploité par Elengy (GDF‐Suez), le terminal méthanier de Montoir de Bretagne est l'un des plus importants d’Europe, avec une capacité de stockage de 6 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié (GNL) et une capacité de gazéification de 10,5 milliards de m3. On y investit en permanence pour optimiser les performances techniques du terminal (2 postes à quai, accueil de grands navires de type Q‐Flex et Q‐Max, service de transbordement entre navires, service de chargement de poids lourds…) avec l'ambition de diversifier les provenances du gaz : Nigeria, Norvège, Algérie ou demain Russie (projet Yamal, avec des navires brise‐glace transitant par la route maritime arctique). C’est aussi depuis Montoir de Bretagne que le charbon importé est transporté par voie fluviale vers la centrale thermique EDF de Cordemais.

Leader sur l'alimentation animale

Pour les aliments du bétail, Montoir de Bretagne est une place d'importation stratégique en France, notamment parce que c'est ici que s'approvisionne le grand Ouest, première région d’élevage d’Europe. Les acteurs y ont engagé de grands efforts de massification, de traçabilité et même de conteneurisation (tourteaux de soja). Pour les produits d'origine lointaine (Inde, Brésil, Argentine), Nantes Saint‐Nazaire est au premier rang national, avec une part de marché largement majoritaire.

Les équipements en place sur le terminal multivrac sont à la hauteur de ce rang : grues, engins de déchargement continu, 8 km de bandes transporteuses, tours de distribution et de pesage, 70 000 m² de magasins…
Sur ce même terminal, mais évidemment sur des postes distincts, on accueille tout type de vracs  : alimentaires (céréales, vracs liquides, aliments du bétail...), industriels (ferrailles, ciment...) et d'autres produits comme la tourbe ou le sable.

Terminal roulier et Terminal Grand Ouest de Montoir