Actualités


Technocampus : l’industrie se réinvente en Pays de la Loire

Ils sont quatre mais leur nombre devrait doubler dans les années à venir. Plateformes de recherche et d’innovation mutualisées, les technocampus réunissent les acteurs industriels et académiques de différentes filières régionales d’excellence. Rencontre avec Stéphanie Houël, vice-présidente de la Région Pays de la Loire chargée de l’enseignement supérieur et présidente du GIP Technocampus.

Dans quelles circonstances le premier technocampus a-t-il vu le jour en Pays de la Loire ?

À Bouguenais près de Nantes, en 2008, autour d'Airbus, du Cetim, d'Europe technologies et de l’IRT Jules Verne. Ce technocampus s'est positionné sur les matériaux composites, très utilisés en premier lieu dans le secteur aéronautique, puis sur les technologies avancées de production. Les entreprises régionales disposent désormais d’avantages concurrentiels majeurs sur ces thématiques.

Quelle est la particularité du mode de fonctionnement d’un technocampus ?

C'est un lieu de travail collaboratif regroupant des chercheurs, des industriels et des structures d’accompagnement à l’innovation, comme les pôles de compétitivité. Chaque technocampus dispose d’équipements de pointe mutualisés qui bénéficient à tous les acteurs présents sur place.

Combien existe-t-il de technocampus aujourd’hui ?

Il y en a 4 actuellement : le Technocampus Composites à Bouguenais, qui a été rejoint par le Technocampus Océan, dédié aux procédés métalliques et aux structures en mer ; le Technocampus Smart factory à Montoir de Bretagne, sur l’intégration des technologies de réalité virtuelle et augmentée dans l’industrie et le Technocampus Alimentation à Nantes, sur le secteur de l’agroalimentaire.

D’autres doivent-ils voir le jour ?

Oui. Quatre sont sur les rails : Électronique et objet connecté à Angers, Acoustique au Mans, Robotique à La Roche-sur-Yon et Énergie à Nantes. Pour ce dernier, la Région lance une étude auprès des acteurs industriels et académiques concernés, pour accompagner à la fois les champs éoliens offshore en France, mais aussi des filières émergentes comme l’hydrogène ou la méthanisation.

Quel est le rôle de la Région dans le développement des technocampus ?

Elle agit d’une part sur leur genèse, en impulsant les dynamiques partenariales, en catalysant les rapprochements entre les industriels et les académiques sur les thématiques d’avenir. Mais aussi sur leur fonctionnement collaboratif et leur rayonnement : la gestion des plateformes était confiée depuis 10 ans au GIP Technocampus et est reprise à partir du 1er juillet 2019 par l’Agence régionale Solutions & Co, pour lui donner une ampleur et un rayonnement national et international.
Chaque technocampus est par ailleurs adossé à un pôle de compétitivité (EMC2 pour les composites, Clarté pour Smart Factory ou encore We network pour l’électronique…). Le travail collaboratif réalisé aujourd’hui est exceptionnel. Mais nous pouvons encore l’améliorer.

Comment ?

Tout d’abord en augmentant la visibilité des technocampus. Nous devons les rendre accessibles à un plus grand nombre, aux PME en particulier. Notre devoir est de simplifier la vie des entreprises de la Région. Nous voulons qu’elles puissent identifier facilement les services et expertises présents au sein de ces plateformes au service de leur compétitivité. Pour ce faire, nous nous appuyons sur les développeurs économiques de l’Agence régionale Solutions & Co, capables de répondre à toutes les questions que se posent les chefs d’entreprise.
Ensuite, en mettant ces technocampus en réseau. Les entreprises agro-alimentaires du Technocampus Alimentation, par exemple, souhaitent pouvoir travailler de manière régulière avec celui de la Réalité virtuelle et augmentée. Nous savons que les innovations sont souvent issues de ces croisements...

Les technocampus en chiffres

96 millions d’euros d’équipements immobiliers
61 millions d’euros d’équipements technologiques
83 brevets déposés
56 entreprises locataires
705 salariés
217 projets collaboratifs en cours ou terminés


Carte Interactive

Engagements